Café Givré – Suzanne SELFORS

café

 

Cafécoffee Givré
Par Suzanne SELFORS
Genre : Fantastique
Adolescent-Jeunesse
Chez Flammarion
Collection « Tribal« 

400 pages – 11€

 Résumé : Depuis la mort de ses parents, Katrina vit et travaille avec sa grand-mère qui tient un café. Alors qu’elle vient d’offrir un café à un sans-abri, ce dernier lui révèle qu’il est en fait un ange et lui propose d’exaucer son vœu le plus cher.

Pourquoi buvons-nous du café ? Enfants, nous détestons ça. C’est plus tard que nous apprenons à accepter l’amertume de son goût, et même à en avoir envie. A quel moment cela se passe-t-il ? Je pense que c’est au moment où nous comprenons que, peut-être, il ne va rien nous arriver d’extraordinaire. Au moment où nous oublions nos idées de cocktails exotiques comme le porto flip et le punch ananas, où nous jetons à la poubelle des rêves les petits parasols de papier et les cerises confites, pour nous contenter d’une tasse de liquide marron.

Le problème, avec cette collection, c’est que les quatrièmes de couverture ne sont  absolument pas parlantes. Heureusement que j’ai un groupe d’amis qui peut se montrer très convainquant concernant la littérature (ou moi très persuasive)…

 

Le style de Suzanne Selfors est plutôt simple, sans prise de tête. Certains passages sont tout de même notables, beaux et poétiques, notamment ceux qui concernent Malcom, ou ceux qui parlent de café. Mais sa plume est tellement sans prise de tête qu’il arrive de lire de travers, en biais, certains passages et dialogues entiers, trop superflus, parfois même niais. Malgré ce problème d’attention et de dynamique, l’écriture de Suzanne Selfors est très agréable à lire. Elle possède l’art du suspense. Il est très difficile de quitter son livre après un chapitre, nous sommes obligés de lire le suivant. Pas très pratique, lorsqu’il s’agit de ne pas être en retard en cours…

Venons-en maintenant au contenue.
L’histoire et l’intrigue démarre plutôt tardivement, au quart du livre. Ceci dit, elle n’est pas assez lente pour abandonner le livre dès les premières pages, loin de là.
Cette intrigue est plutôt surprenante, pour peu que nous oubliions de réfléchir. Il faut poser son cerveau à côté de soi, ainsi, la surprise ne sera que plus grande. Je m’explique : L’identité de Malcom, le ‘’sans-abri’’ à qui Katrina offre une boisson chaude, est facilement devinable si nous réfléchissons un minimum. Mais Malcom reste de loin mon personnage préféré. C’est un ange, un vrai. Bon, naïf, l’auteur réussi tout de même la prouesse de ne pas en faire un cliché ambulant. Malcom est le personnage le plus et le mieux abouti de toute l’histoire, en tête avec Irmgaard, femme très pieuse ayant fait vœu de silence. Elle nous enseigne le pardon de la plus belle des manières : sans un mot, juste avec des gestes.
Une particularité notable de ce roman est que la narratrice, Katrina, s’adresse directement à nous, lecteurs. C’est comme si nous étions assis en face d’elle, sirotant un café.
L’atmosphère est très cosy, mais pas si développée que cela. L’intrigue se situe dans l’un de ces pays nordiques qui me font rêver, la Norvège – si mes souvenirs sont bons. Or, je n’ai pas retrouvé une ambiance entièrement nordique. L’aspect gustatif est très utilisé, avec les nombreux plats ou boissons au nom difficilement prononçable (mention spécial au Hnefataft). Mais hormis cela, j’avais la bête impression d’être dans une ville européenne, voir même américaine, surtout dans les passages où Katrina est au lycée.
Par contre, j’ai énormément apprécié l’absence de prise de position concernant l’angélisme de Malcom. Comme chaque lecture comportant de près ou de loin des anges, j’ai toujours cette peur de voir un auteur prendre à parti le lecteur afin d’exposer son point de vue, et ce souvent sans subtilité. Et ça, selon moi, n’a rien à faire dans de la littérature jeunesse ! Heureusement, ici, le religieux du sujet n’est que très peu abordé, privilégiant le surnaturel.

 

Faut-il lire Café Givré ? Oui, rien que pour l’adorable Malcom. Mais il ne faut pas s’attendre à quelque chose de transcendant. Café Givré reste tout de même un bon livre, léger et sans prise de tête.

3/5

Publicités

8 réflexions sur “Café Givré – Suzanne SELFORS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s