King of Scars – Leigh BARDUGO

King of Scars
Par Leigh BARDUGO
Genre : fantasique, young-adult
Chez Milan
Content Warnings : Sang, blessure, cicatrices, mention d’agression sexuelle

17€90 – 519 pages

Résumé :

SOLDAT. LÉGENDE. SOUVERAIN

Nikolai est roi de Ravka.
Surnommé l’Écorché, Nikolai est un héros de guerre.
Charismatique et visionnaire, c’est sur lui que reposent les espoirs de son peuple.
Pourtant le jeune homme cache un terrible secret.
Une malédiction. Une menace pour son pays.
Nikolai est un monstre.

COMBATTRE OU NOURRIR SES DÉMONS ?

Nikolai devra trouver la réponse à cette question, s’il veut sauver son royaume… et son âme

Attention ! Ce roman fait parti de l’univers du Grishaverse. Le premier tome de celui-ci est : Grisha. Je vous conseille vivement de commencer par là si vous voulez pas trop être perdu.

    Grace à Babélio, j’ai eu l’immense privilège de rencontrer Leigh Bardugo et de recevoir son dernier roman dans ma boite à lettre.C’est une femme pleine d’humours qui sait où elle va. Elle nous a parlé comme si nous étions amis de longue date, nous confiant ses secrets d’écriture et de recherche. C’est fou comment ça a l’air simple d’écrire un truc qui tient la route quand c’est elle qui parle. Et pis on a failli pleuré à deux quand je l’ai remercié de normaliser le handicap dans son roman Six of Crows – qui fait également parti du Grishaverse mais qui peut se lire indépendamment des autres.

Bon, comme vous l’avez deviné, le dernier roman de Leigh Bardugo c’est King of Scars. Nous sommes quelques années après les évènements de la trilogie Grisha et nous suivons un personnage rencontré dans le deuxième tome de cette dernière : Nikolai. Maintenant, il est roi de Ravka. Le soucis c’est qu’il a une part de ténèbres en lui. Genre littéralement. Certaines nuits, il se change en une bête difforme aux doigts crochus et aux ailes sombres et erre dans le royaume en attaquant des animaux et des machins. Pas ouf pour un roi qui doit redresser son royaume après une affreuse guerre intestinale. Il faut de son mieux malgré les autres couilles qui lui tombent dessus. (genre un culte au Darkling, ce mec pas ouf, par exemple). Nikolai est un personnage très attachant, essayant de maintenir une image malgré les traumatismes de la guerre qui laissent de nombreuses cicatrices dans son corps et son esprit. Comme le disait Bardugo a la séance de questions-réponses, Nikolai est comme l’une de ses personnes que l’on connait toutes et tous, se battant contre l’anxiété ou la dépression en essayant de ne pas alerter son entourage. Je me reconnais dans ce personnage plein de vie mais qui peine à rester debout. Je pense que pas mal de lecteurs de mon age s’y retrouveront.
Mais on suit aussi Zoya, la grande Zoya toujours aussi froide, toujours dans l’ombre de Nikolaï. Et sans oublier Nina, Nina qui est devenue encore plus attachante dans les événements de Six of Crows. Sans oublié ce doux Isaak, petit nouveau dans nos points de vue. En diversifiant ces points de vue, Bardugo nous offre une critique plus ample de cette société victorienne. On parle de discriminations, de pauvreté, de luttes des classes, de différences… Ça fait vraiment plaisir de lire les écrits d’une femme qui roule sa bosse tout en incluant énormément de minorités dans sa littérature.

Ça fait tellement du bien de la lire, Leigh Bardugo. Aucun de ses romans de cette série ne m’a déçu. AUCUN ! Je vous les conseils vivement. Tous. Ca fait du bien de se sentir représenter, de ne pas avoir affaire à un vieil appât marketing comme de nombreux livres peuvent faire. Lisez la.

Une réflexion sur “King of Scars – Leigh BARDUGO

  1. Pingback: Throwback Thursday #2020-02 – Les Blablas de Tachan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s