Cet autre qui grandissait en moi, tome 1 : Ma vie d’avant – Alexis HAYDEN & José-René MORA

pneu

Cet autre qui grandissait en moi, tome 1 : Ma vie d’avant
Par Alexis HAYDEN et José-René MORA
Genre : Contemporain, romance
Pour un publique adulte voir adolescent
Chez Publibook

18€ – 223 pages

Résumé : « Nous méritons toutes nos rencontres, disait Mauriac, elles sont accordées à notre destin et ont une signification qu’il nous appartient de déchiffrer… »
Bonnes ou mauvaises, que nous en comprenions ou non le sens et la portée, il est évident qu’elles nous préparent à vivre les suivantes.
Kévin méritait-il Jérémy, et inversement? Se seraient-ils trouvés s’ils ne s’étaient pas cherchés?
Toutes ces questions, les deux adolescents se les posent. Ces sursauts désespérés et inutiles, pour lutter contre eux-mêmes, contre l’impossible, contre la fatalité, seront-ils destructeurs et plus forts que leur amour ?

Sans les idiots, les rêveurs et les téméraires, le monde n’évoluerait pas. Il fut un temps où voler était impensable ; aujourd’hui, on vole à plus de deux fois la vitesse du son. Tout ce qui paraissait inconcevable et utopique est en train de se réaliser. On enregistre des films sur des bandes magnétiques, sur des CD, sur des DVD, sur n’importe quel support… Des hommes se sont battus pour le feu. Le feu les a tués, il en tue encore parfois, mais dans l’ensemble, il est domestiqué. Il n’y a que l’amour qui n’évolue pas. Pourquoi ?

Moi qui pensais être tombée sur un livre qui parlait sur les troubles de la personnalité schizoïde, j’avais bien tort ! Ca m’apprendra de ne pas lire les quatrièmes de couverture…

Dans ce roman, il y a une chose qui m’a fait tiquer : c’est un livre signé par deux auteurs, mais je n’ai vu aucune  »démarcation » d’écriture. Mais peut-être que c’est justement voulu par les auteurs, qu’ils s’épaulaient et se complétaient seulement. Habituée des récits alternées des romans à quatre mains, c’est une particularité qui m’a en effet fait beaucoup réfléchir. En tout cas, bravo, car ces deux plumes se complètent sans accros, avec brio. Ici, la plume est fluide. Le dynamisme est plutôt incroyable, le lecteur va de surprises en surprises. J’ai en effet pas lâché le roman avant que la dernière page soit tournée ! Oh, oui, il y a toujours quelques fautes dans ces romans auto-édités, mais rien qui ne pique les yeux. Elles ne gâchent en rien l’addiction que ce livre à sur ses lecteurs.

Je ne serais pas vraiment comment décrire la narration de Cet autre qui grandissait en moi. Kevin, notre narrateur, écrit un journal, sur sa « Vie d’Avant » justement. Le avant Bryan, jeune homme de nombreuses fois évoqués sans que le lecteur le voit réellement, brièvement rencontré à la toute fin du roman.

Vous l’aurez compris, ce roman parle d’homosexualité mais surtout, comme l’a dit l’auteur dans la préface, c’est un roman qui parle d’acceptation de soi et d’amour. Moi, je rajouterai qu’il parle surtout des dégâts de l’homophobie sur les gosses qui ne comprennent pas tout, et encore moins leurs sentiments, décrits par les autres comme  »anormaux ». C’est un livre qui est dur, car il est tout simplement réel. C’est un livre où les gamins font des bêtises ignobles, imitant sans comprendre leurs aînés.

C’est un livre triste, c’est un livre touchant car il paraît tellement réel, tellement biographique. Pas seulement biographique des auteurs,mais de tout ces gosses qui ne comprennent pas, qui font mal et qui se font du mal.

Ouais,le monde est intolérant et ce n’est pas demain la veille qu’il changera. Mais le changement débute, timide, grâce à des personnes comme Alexis Hayden et José-René Mora, qui contribuent à faire bouger les choses. Parce que ce qu’ils écrivent,c’est la dure réalité. C’est d’ailleurs dommage que ces deux auteurs ne soient pas plus connu.
5/5

Publicités

9 réflexions sur “Cet autre qui grandissait en moi, tome 1 : Ma vie d’avant – Alexis HAYDEN & José-René MORA

  1. C’est vrai que le titre peut prêter à confusion, sans lire la 4e de couverture on pourrait bien penser qu’il s’agit de trouble de la personnalité.
    Je ne connaissais pas du tout ce roman donc merci pour la découverte ! Il me fait extrêmement envie car les thèmes me parlent, et encore plus s’il relate vraiment la réalité et les dégâts que cause l’homophobie. Je l’ajoute tout de suite dans ma wishlist !

    J'aime

  2. Pingback: Challenge contre l’homophobie | Sur ma table de nuit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s